Témoignage d’un Syrien à Alep (9/01/2014)

La Syrie se meurt

La Syrie était un grand, riche et beau pays où l’on vivait en sécurité, dans le confort. Aujourd’hui, la Syrie se meurt et son peuple souffre.

Les Syriens vivent et meurent dans des conditions terribles. Ils sont désormais sans emplois, pauvres, tristes, apeurés.
Tout cela a commencé pour une raison complètement idiote : des enfants de la ville de Daraa ont écrit sur un mur à l’attention de Bachar El Assad « Ton rôle terminera inshalah ».
Bachar les a ensuite faits enlevés et torturer en leur faisant arracher les ongles.

Dans ma ville, à Alep, nous vivons une situation très dure. La population diminue jour après jour. On compte désormais près de 650 morts par semaine, notamment à cause des barils de TNT jetés par l’armée de Bachar depuis des avions.
Il a aussi fait arrêter et égorger un grand nombre de Syriens dans la plupart des villes du pays.
La semaine dernière, des soldats de l’armée syrienne libre ont attaqué al Qaeda. Les combattants d’al Qaeda se sont alors retirés de certaines zones libres et ont commencé à attaquer l’armée libre et à installer des barrages routiers. Nous ne savons pas qui a raison. Des Syriens qui avaient rejoint al Qaeda se sont retirés quand les combats ont commencé. Désormais, à chaque fois qu’il y a une attaque et des bruits d’explosion, ils oublient l’armée de Bachar et s’entretuent.
Je me pose une question : qui a permis à al Qaeda de s’étendre en Syrie ??! Qui est responsable de la croissance d’al Qaeda ici ??
Al Assad est responsable de tout cela.
Al Assad sait où se trouvent la base et les camps d’al Qaeda, mais il ne les attaque pas. Il attaque les écoles, les maisons des citoyens, les hôpitaux et les points médicaux.
Ainsi, les gens ici pensent qu’il y a un lien entre Al Assad et al Qaeda !!
Quelle est la solution ? Ils veulent que nous quittions notre pays ?

En ce qui concerne ma famille, nos conditions de vie sont devenues très rudes, nous vivons sans eau et sans électricité avec très peu de nourriture. Nos enfants allaient à l’école, ils doivent maintenant restés à la maison car Bachar a détruit les écoles et empêche ainsi les enfants d’apprendre. Certains enfants que je connais sont partis en Turquie pour y travailler, dans les cultures de citrons par exemple.
Mon oncle qui est ingénieur travaille dans la coupe du bois à Azmir en Turquie.
Il y a trois ans, j’avais trois pharmacies, maintenant j’ai perdu tout mon travail.
Je pourrais partir mais j’ai ma famille. Nous essayons de rester. Pour l’instant, je travaille comme bénévole pour aider mon pays. Mon père me donne de l’argent, mais un jour, il n’y en aura plus. Nous ne pouvons compter que sur notre Dieu.

Par le passé, les pays voisins nous voyaient comme un pays respectable et admirable. Maintenant, nous leur faisons à la fois honte et pitié.
Les gens qui habitent dans la campagne d’Alep et travaillent dans le centre mettent trois à quatre heures pour arriver au travail, à cause des nombreux barrages de l’armée syrienne libre et de l’armée de Bachar.
A Alep, à cause des destructions de l’armée de Bachar, on trouve parfois jusqu’à trente personnes vivant sous un même toit. Beaucoup sont parties dans des camps de réfugiés situés dans les pays voisins où il n’y a ni nourriture, ni vêtements, ni électricité, ni chauffage.

Nous vivons aujourd’hui une vie de peur et de misère, nous nous demandons : quand allons nous mourir?
La Syrie se meurt.

02 48 24 54 44
communication@solidarite-medina.org
Espace Tivoli
3 rue du Moulon, 18000 Bourges